DLR 2019 8/8 – Party in the USA

Jour 8 : Ce matin là, la sonnerie du réveil nous a tirées du lit à 7h. Par solidarité, Romitas et Flavi se sont levés en même temps que nous et nous avons déjeuné tous les quatre devant Meet the Robinsons (encore un chef-d’oeuvre). Nous avons répété le même petit manège que le matin de notre départ de Paris pour cette grande aventure, quelques 17 jours plus tôt. Douches, check des papiers d’identité et de la valise et un dernier regard jeté à la pièce pour vérifier qu’on n’oubliait rien avant de quitter l’appartement. Un gros hug à nos besties et une petite larmichette en story Instagram, puis nous sommes montées dans un Uber en route pour LAX.

BREAKFAST_1SUITCASESLEDEPART

Nous n’avions pas le coeur à faire la conversation à notre chauffeur, nous avons simplement écouté de la musique, pelotonnées l’une contre l’autre sur la banquette arrière, en regardant défiler au bord de la route toutes ces enseignes locales que nous n’avions pas testées pendant le séjour. Il faudra revenir aux USA bientôt pour découvrir Target, 7 Eleven, Taco Bell et tous les autres ! Arrivées à l’aéroport, c’était reparti pour les contrôles de sécurité interminables et la négociation pour éviter à l’argentique de Zozo de passer sur le tapis à rayons X. Spoiler alert : elle allait découvrir au retour que l’appareil avait déconné à partir du deuxième jour sur le Wonder, seule une pellicule aura pu être développée. Ce fut un énorme coup dur car Zouzou avait fait énormément de photos, à LA notamment. Nos bagages étaient pleins comme des oeufs d’autruche et pour ne pas avoir à racheter une valise sur place, nous avons utilisé un sac shopping XXL de Disneyland qui fut accepté limite-limite comme bagage cabine – et uniquement car son contenu était souple, du coup, on a pu le bourrer sans trop de peine dans le casier qui sert à les mesurer au comptoir d’enregistrement (heureusement qu’on avait dit que ma petite valise devait suffire pour tout notre shopping) ! Enfin débarrassées de nos obligations administratives, nous avons pu chiller dans la zone d’embarquement et nous faire un dernier petit kiff chez Starbucks tout en regardant Friends – notre tradition quand on prend l’avion (mais peut être que j’ai déjà raconté cette anecdote quinze fois depuis le début du voyage).

AIRPORT_4AIRPORT_3AIRPORT_2AIRPORT_1AIRPORT_7AIRPORT_6AIRPORT_5

Le moment d’embarquer arriva et cette fois, pas de mauvaise surprise, nous étions bien assises l’une à côté de l’autre, youhou (je vous renvoie au billet sur le voyage aller si vous ne l’avez pas encore lu) ! Avant le décollage, je me suis levée pour aller aux toilettes et malgré les mises en garde systématiques de mon papa quand je prends l’avion ou le train, je me suis trompée de porte ! Sauf que celle que j’ai ouverte ne donnait pas sur l’extérieur, mais sur le dressing du personnel navigant. Par chance, personne ne m’a vue à part Zozo, l’honneur était presque sauf. Lorsque le steward est venu nous demander ce que nous voulions boire, nous nous sommes hasardées à lui demander :

« – Vous avez du Champagne ?
– Oui
– Vous avez du jus d’orange ?
– Oui
– C’est possible d’avoir deux mimosas s’il vous plaît ? »

Et nous étions parties pour environ 11h de vol à bord de notre Airbus A380. Nous étions un peu moins bien installées que pour le vol Paris-Vancouver et les écrans individuels semblaient dater de la génération précédente, mais qu’à cela ne tienne, nous nous sommes bien vite mises en quête du premier film que nous allions regarder. En remarquant le film BumbleBee sur le catalogue, je me suis dit « Nickel, je vais le regarder pour comprendre le ride Transformers qu’on a fait hier ». Grossière erreur, j’ai tenu dix minutes avant de retourner sur le catalogue tellement c’était nul. Pendant que Zouzou se matait pépouze A Star Is Born, je me suis pour ma part rabattue sur Cold Pursuit avec Liam Neeson, et à ma plus grande consternation ce film s’est révélé être presque aussi nul que le choix précédent (Liam Neeson est un de mes acteurs favoris mais il faut reconnaître que ses films c’est bien souvent « hit or miss »). J’ai toutefois persévéré et tenu jusqu’au bout, moment que le steward a idéalement choisi pour venir nous apporter nos plateaux repas et les deux mignonettes de vin rouge que nous lui avions demandées. Nous avons moins bien mangé qu’à l’aller à mon avis, la nourriture de Disneyland et Trader Joe’s nous manquait déjà cruellement. Je ne sais pas si c’était à cause du vin mais on a eu un ou deux énormes fous-rires quand le commandant de bord intervenait dans le micro, il était vraiment très à fond et ponctuait certaines de ses élocutions par des « haha » dans le texte.

PLANE_FOOD_0PLANE_2

J’ai décidé de faire une petite sieste digestive sur les genoux de Zouzou mais me suis réveillée une heure plus tard à cause d’une sensation horrible de fourmis dans les jambes. Il faisait alors nuit et le silence le plus total régnait dans l’appareil. Étant bien décidée à saigner au maximum le catalogue de films j’ai regardé Braquage à l’italienne et Zouzou, Nous Finirons Ensemble. Globalement, j’ai plutôt mal géré ma sélection de films, contrairement à Zozo qui a assuré comme une boss en choisissant des films récents, ce qui lui a permis de rattraper son retard sur les sorties ciné de l’année. Pour me consoler, je me suis rabattue sur une glace au fudge qu’on nous a servie en guise de snack, mais pas de chance elle était dégueu et interminable. Nos films finis, nous sommes parties en balade et avons avisé un mini-buffet de non moins minis-sandwiches dont nous nous sommes évidemment remplies les poches avant d’aller nous rasseoir. Nous avons également embarqué des yaourts à boire, il fallait profiter de tous les avantages de l’avion tant qu’on était dedans hihihi. Nous étions impatientes d’atterrir et on commençait à accuser le coup de la fatigue. Nous avons essayé de dormir sur les genoux l’une de l’autre en alternance, mais impossible de trouver une position qui ne soit pas extrêmement inconfortable. Nous avons jeté l’éponge après deux heures de tentatives de la lose et avons attendu qu’on nous serve le petit déjeuner (pas mal au passage) en suivant sur le moniteur la progression de l’avion vers la France.

PLANE_FOOD_2PLANE_1

Zouzou a finalement regardé le live-action Aladdin pendant que je tentais sans succès de trouver un dernier film qui me fasse envie, et nous avons ENFIN atterri. YOUHOU ! De retour sur le plancher des vaches, un ultime contrôle de sécurité nous attendait puis la récupération des bagages, le RER, et enfin la MAISON !

Il était environ 14h lorsque nous sommes arrivées chez nous – si vous êtes nouveaux ici vous ne savez pas que Zouzou et moi vivons dans le même immeuble. Mais avant d’être voisines, nous sommes surtout soeurs, oui c’est très pratique quand on rentre de voyage et que toutes nos affaires sont mélangées dans quatre bagages différents. Pour ne pas faire traîner la corvée, je me suis immédiatement attelée à vider les valises et à faire tourner un million de lessives tout en descendant des hectolitres de café. Une fois l’intégralité de notre énorme bordel lavé, rangé, et notre haul de l’abus étalé sur mon canapé, nous avons enfin consenti à nous poser pour chiller vers 17h. Nous nous sommes assoupies à plusieurs reprises devant Glee et Friends et après un petit frichti, Zouzou a capitulé. Elle s’est endormie à 21h45. J’ai lutté pendant une heure de plus et suis, à mon tour, tombée comme une masse. Après un bref réveil vers 2h30, j’ai terminé ma nuit jusqu’à la sonnerie de mon réveil à 6h30, et… je suis partie bosser ! Nous avons mis environ dix jours à retrouver un sommeil normal, pendant lesquels nous avons grosso-modo alterné nuits complètes et nuits chaotiques. Le retour à la routine métro-boulot-dodo a été à peu près aussi difficile que ce à quoi je m’attendais, même si écrire quotidiennement des articles sur cette grande aventure a contribué à faire durer la magie encore plus longtemps ! Evidemment on fait déjà de nouveaux projets de voyages! Qui sait où le prochain nous emmènera ?

Pour revenir sur cette première aventure outre-Atlantique entre soeurs et avec les copains, quelques impressions et chiffres :

La partie croisière de notre voyage fut littéralement un ravissement de chaque instant. La vie de croisière, c’est vraiment notre came. Après deux séjours à bord de navires Disney, nous ne pouvons plus imaginer nous passer de ce style de vacances. Découvrir l’Alaska à bord du Wonder et un petit aperçu de Vancouver à l’aller / au retour nous a juste donné envie d’explorer encore plus ces deux régions de l’Amérique du nord. Une partie de mon coeur est restée en Alaska, je suis juste amoureuse de cet état et j’espère avoir la chance d’y retourner un jour. Ma seule angoisse en préparant ce voyage était de moins aimer passer une semaine à Disneyland qu’en croisière. Fort heureusement, il n’en fut rien, même si cinq mois après le retour, l’appel du bateau est vraiment très fort.

Disneyland nous a mis une baffe énorme dans la figure. Le tout premier parc Disney jamais imaginé possède une âme et une atmosphère indescriptibles. Je suis ravie que nous ayons commencé notre exploration des parcs Disney par celui-là, un petit bout de nos coeurs à tous les quatre est resté sur place, quelque part entre Disneyland et Pixar Pier. En quatre jours à Disneyland, nous avons découvert deux parcs à thèmes, un hôtel, marché 66km, ridé trente-trois attractions (sans compter les doublons), bu un certain nombre de Starbucks et dépensé beaucoup trop de dollars. Nous y avons aussi rencontré ou revu huit amis venus d’autres pays, nous avons ri et pleuré, et posé avec plus de vingt personnages Disney. Ce séjour fut magique en tous points. Nos seuls regrets sont de ne pas être restés deux journées de plus pour explorer le resort encore plus à fond, et de n’avoir pas pété la tirelire pour nous offrir une nuit au Grand Californian (ou au moins au Disneyland Hotel) en fin de séjour. Si nous étions restés plus longtemps, nous aurions pu notamment profiter un peu plus de Mickey’s Toontown et traîner nos guêtres dans Cars Land de nuit (c’était pourtant dans mes priorités mais emportés par le flow on n’a plus pensé à ce genre de choses sur place) ! Voici mes Top 3 personnels de Disneyland Resort (ok, faire des classements ça ne sert à rien vu que tout était absolument incroyable, mais que voulez vous, j’aime les listes) :

Attractions :
1. Smuggler’s Run (en pilote)
2. Indiana Jones Adventure
3. Radiator Springs Racers / Splash Mountain
Coups de coeur : The Enchanted Tiki Room / It’s A Small World

Lands :
1. Pixar Pier
2. Galaxy’s Edge
3. Cars Land
Coups de coeur : Tomorrowland / Fantasyland (Toontown aurait pu être en tête mais je pense qu’un petit coup de peinture lui ferait du bien)

Restaurants / bars / snacks :
1. Cafe Orleans
2. Lamplight Lounge
3. Oga’s Cantina
Coup de coeur : Ronto Roasters

Shows :
1. La MAIN STREET ELECTRICAL PARADE
2. Disneyland Forever
3. World of Color
Coup de coeur : TOUT BIEN CONSIDÉRÉ, pour sa musique INCROYABLE, son âme et sa puissance, et pour les p’tits cris de bonheur de notre Romi, je nomme (la Flav va tomber de sa chaise) : FANTASMIC!

Los Angeles, bon, on l’a vraiment survolée soyons honnêtes, et clairement on a envie d’affiner un peu notre découverte de cette ville une prochaine fois. Il nous a manqué deux-trois jours pour explorer d’autres quartiers, faire un musée ou deux, visiter un Target / Costo, et manger dans des restaurants mexicain et coréen.

Universal Studios Hollywood n’a pas su nous charmer pour la simple raison qu’il s’adresse à un public différent de nous. Le manque de magie, de rides sur rails, et de soucis du détail nous ont empêchés d’adhérer totalement à son style (du moins Zozo / Flabou / et moi). Son faible nombre d’attractions, sa grande quantité de simulateurs et de 3D, et son amplitude horaire vraiment abusée (8h contre le double à Disneyland Resort avec les heures de magie en plus, c’est hallucinant) ont complété le bilan plus qu’en demi-teinte de notre visite. Notre « maniaquerie » nous a fait remarquer que certains lands sont tristement mal entretenus, que l’intrusion visuelle est partout et ruine parfois l’immersion, et pour une raison curieuse plusieurs landmarks ont été construits à contre-jour ce qui est un peu nul. Enfin ma déception ultime est que Zouzou n’a quasi rien pu rider alors qu’elle attendait cette visite avec une grande impatience. Il n’empêche que nous avons (je m’exprime pour ma pomme et celle de Zouzou évidemment) adoré la beauté des lands Wizarding World of Harry Potter et Springfield, apprécié le fait que la technologie bien employée contribue à créer des attractions épiques (comme Jurassic World: – the Ride) et bien compris que ce parc est avant tout un studio de cinéma historique qui a su inviter le public dans les coulisses du 7ème art avant quiconque. Et puis CityWalk, c’était stylé quand même. Nous ne regrettons absolument pas d’avoir passé une journée dans ce parc et multiplié les expériences. Découvrir d’autres parcs permet de les comparer et d’affiner nos goûts ainsi que nos attentes. Cette visite à Universal m’a d’ailleurs donné envie d’étendre mes horizons en allant à la rencontre d’autres parcs à thèmes / d’attractions en Europe et ailleurs.

C’est non sans une pointe d’émotion que je termine la rédaction de ce colossal trip report de 19 billets (j’avoue, je suis soulagée d’être arrivée au bout, j’en pouvais plus) ! Cette aventure a été une expérience incroyable et n’aurait pas été possible sans ma petite soeur Zouzou, nos fidèles Romi et Flavou (on vous aime fort les bébés) ainsi que notre cher PE (et par extension Jess) qui nous a soutenus et conseillés dans ce projet qui semblait, il y a quelques mois, n’être qu’une idée un peu folle. On a hâte d’organiser notre future aventure avec vous ! Merci à notre maman pour la relecture et les corrections de mes pavés un peu indigestes parfois. Merci aux copains rencontrés pendant le voyage pour tous ces moments si chouettes, merci aux lecteurs du blog et sur DCP qui auront tenu jusqu’au dernier billet.

Merci !

Bonus : les photos de notre haul. C’est abusé oui. Totalement.

(Et on perd pas le rythme puisqu’un trip report sur notre dernier séjour à DLP arrive bientôt… oups !)

HAUL_1HAUL_3HAUL_2HAUL_7HAUL_6HAUL_8HAUL_5HAUL_4HAUL_10HAUL_9

5 réflexions sur “DLR 2019 8/8 – Party in the USA

  1. Quelle aventure ! Je suis très contente d’avoir pu suivre vos aventures grâce à tous ses merveilleux articles partagés. J’espère sincèrement pour vous que vous aurez la chance de revivre d’aussi bons moments, et même retourner en Alaska ou en Californie. Merci en tout cas pour ce partage.
    P.S. : Votre haul fait rêver, j’espère trouver mon bonheur sur le Disney Wonder également.

    J'aime

Répondre à Julie Lou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s