DLR 2019 7/8 – Thank you, next

Jour 7 : WINGARDIUM LEVIOSA ! C’est en effet comme par enchantement que nous avons bondi hors de nos lits ce lundi matin, excités comme des puces à l’idée de visiter Hogsmeade (Pré-au-Lard en français) et le reste du parc Universal Studios Hollywood. USH n’ouvrant pas avant 10h nous avions un peu de temps devant nous que nous avons mis à profit pour petit déjeuner et commencer nos valises (bouuuh). Le parc Universal étant situé dans LA même nous avons pu facilement nous y rendre en Uber. Nous sommes arrivés relativement en avance et avons attendu l’ouverture du parc sur le tapis rouge qui mène vers son entrée, mise en scène plutôt rigolote et qui incitait à former une file organisée ! En attendant que les portes ne s’ouvrent, un membre du staff a commencé à remettre aux guests derrière nous des badges « 1sr Visit! » personnalisés. Il a manifestement eu la flemme de le faire pour toute la file car si on ne l’avait pas interpellé, il serait parti sans nous en donner, mais notre insistance a eu raison de lui ! Roms nous a confié qu’il avait l’impression d’être un imposteur puisque ce n’était pas du tout sa première visite, mais bon, ce n’était qu’un gentil petit mensonge. En entrant enfin dans le parc USH, nous nous sommes vite retrouvés au milieu d’un bouchon de guests qui nous empêchaient de voir quoi que ce soit au-delà du Main Street local. Nous avons patienté là inconfortablement pendant une dizaine de minutes, déjà cuits par le cagnard. Enfin, un compte à rebours fut scandé par le personnel et certains guests, puis l’ouverture officielle du parc fut prononcée et la foule se dispersa dans diverses directions.

UNI_1UNI_2UNI_4UNI_3

Il faut savoir que le parc Universal Studios Hollywood est construit sur deux niveaux appelés « Upper Lot » et « Lower Lot ». L’entrée du parc ainsi que la majeure partie de celui-ci – dont ses lands les plus immersifs et la plupart de ses grosses attractions – se situent sur Upper Lot. Lower Lot quant à lui regroupe une poignée d’attractions seulement, dont le récemment sorti de réhabilitation Jurassic World – The Ride que nous voulions tester avant toute chose. Comme vous pouvez le voir sur la map ci-dessous, les deux niveaux du parc sont séparés par un escalator géant. Tout en évitant de nous spoiler la découverte des lands majeurs sur le chemin (essentiellement The Wizarding World of Harry Potter et Springfield), nous avons tracé vers l’escalator et avons débuté notre interminable (je pèse mes mots), descente vers les enf… euh vers Lower Lot pardon. Ce « moyen de transport » (franchement ça mérite cette appellation) a toutefois l’avantage d’offrir une vue imprenable sur Los Angeles et Romitas n’a pas manqué de nos pointer du doigt certains « landmarks » de la cité des anges.

MAP

Enfin arrivés en bas, nous avons sans traîner rejoint la file de Jurassic World – The Ride, pour ne pas attendre que le temps d’attente explose. Je m’attendais à ce que le thème Jurassic World fasse l’objet d’un land à part entière mais il n’en est rien, le seul élément vraiment immersif étant l’emblématique portail du parc jurassique. En énorme fan de cette licence, j’aurais adoré un décor plus étoffé mais on pouvait encore espérer une bonne surprise de la part du ride. Romi nous avait dit que ce circuit sur l’eau se terminait par un énorme drop bien arrosé, Zouzou a donc passé son tour pour ce premier ride de la journée (il faut croire que Splash Mountain lui a laissé un traumatisme indélébile). Romi, Flabou et moi-même avons embarqué pour cette aventure plutôt effrayante mais vraiment bien foutue, 20/20 pour cette première attraction à Universal !

UNI_9UNI_5UNI_8UNI_6UNI_7

La journée démarrait plutôt bien, notre second stop de la journée était The Wizarding World of Harry Potter ! La découverte de ce land était l’un des événements que Zouzou attendait le plus du séjour. En effet, l’univers d’Harry Potter occupe une place toute spéciale dans son coeur. Nous avions même revêtu des tee-shirts aux couleurs de nos maisons respectives pour l’occasion, en opposition à Romi et Flav qui eux arboraient fièrement la face carrée de Bob l’éponge sur leurs outfits du jour.

HOGSMEADE_1HOGSMEADE_2HOGSMEADE_4HOGSMEADE_5HOGSMEADE_24

Après nous être extasiés quelques instants sur la beauté du land, nous avons rejoint la file d’attente de l’attraction Harry Potter and the Forbidden Journey. Ce ride nous emmène dans une course folle en balais à la suite d’Harry et ses amis à travers différentes scènes des films de la saga, notamment celle du saule cogneur et une partie de quidditch. Dès la file d’attente nous avons été plongés avec bonheur dans cet univers qui nous est si familier mais nous avons toutefois observé assez rapidement que l’art de l’immersion et les finitions à Universal ne sont pas au niveau auquel nous sommes habitués chez Mickey. Nous avons notamment déploré la grande quantité de médias projetés et pas toujours bien intégrés. Cette déception s’est malheureusement confirmée pendant le ride qui, même s’il est doté d’une technologie plutôt originale (sièges suspendus avec une grande variété de mouvements pour des sensations plutôt surprenantes), ne nous a pas convaincus du tout niveau show. Nous avons encore une fois été gavés de vidéos, et les quelques décors réels et animatroniques qui ponctuent le parcours ne se mélangent pas du tout avec le média. Evidemment ce n’est que notre avis, mais il a été relativement unanime, particulièrement à cause de notre excitation et de nos attentes avant de découvrir l’attraction. Par dessus le marché, Zouzou n’a pas du tout aimé les sensations , elle est sortie de là secouée et nauséeuse, ce qui l’a décidée à passer son tour pour l’attraction suivante (oui encore) : Flight of the Hippogriff. Ces mini-montagnes russes ne payaient déjà pas de mine depuis la queue-line, le ride lui-même s’est révélé d’une durée scandaleusement courte et pas si divertissant que cela. Nous commencions à déchanter légèrement après avoir commencé notre découverte d’Universal sur une note pourtant excellente grâce à Jurassic World. Nous espérions que la cuisine servie à Pré-au-Lard nous réconcilierait avec ce pourtant magnifique land, nous nous sommes donc dirigés à l’auberge Three Broomsticks dont le menu nous faisait saliver depuis déjà de nombreuses semaines. Nous avons commandé un menu pour quatre appelé « The Great Feast ». Il se compose d’une salade énorme en entrée puis de cuisses de poulet, ribs, épis de maïs et pommes de terres. La viande n’était pas mal, les accompagnements un peu moins bien. L’ensemble reste un bon rapport qualité-prix puisque nous avons payé une cinquantaine de dollars pour ce repas. Le menu à partager est vraiment une excellente idée même si nous adorons en général commander des plats différents pour pouvoir découvrir un maximum de saveurs.

HOGSMEADE_17HOGSMEADE_7HOGSMEADE_16

Pour terminer notre balade dans Hogsmeade, nous avons parcouru les boutiques qui sont simplement magnifiques et richement décorées, seulement nous n’avons quasi rien acheté (à peine une boîte en métal de dragées de Bertie Crochue pour Zozo) tant le prix du merchandising est exorbitant à USH (surtout quand on a l’habitude d’avoir des réductions partout à Disney). J’ai entre parenthèses été choquée par le nombre de personnes que j’ai vu essayer des panoplies de sorciers complètes vendues en boutiques uniquement pour se prendre en photo et ne rien acheter derrière. En guise de dessert nous avons partagé une Bièraubeurre glacée, la boisson hautement iconique de l’univers d’Harry Potter, plébiscitée par les fans et les instagrammeurs du monde entier. Sans aller jusqu’à dire que c’est dégueulasse, je n’ai pas été du tout séduite par cette boisson, ce qui m’a beaucoup déçue car mes papilles aiment les challenges – en particulier quand les copains parient qu’on va trouver ça infâme (confer le sandwich Monte Christo à Disneyland, sauf que lui il a remporté tous les suffrages). Avant de quitter Hogsmeade, Zozo s’est offert un autre petit souvenir sous la forme d’une bouteille de jus de citrouille, nous en avons également pris une pour notre soeur Loulou.

HOGSMEADE_6HOGSMEADE_18HOGSMEADE_13HOGSMEADE_10HOGSMEADE_22HOGSMEADE_11HOGSMEADE_20HOGSMEADE_21HOGSMEADE_12HOGSMEADE_8HOGSMEADE_9HOGSMEADE_14HOGSMEADE_15

Sur Universal Plaza, nous avons croisé Patrick l’étoile de mer pour le plus grand bonheur de Flav et Roms, même s’ils auraient préféré rencontrer Bob (et nous aussi du coup) ! Le parc USH était littéralement blindé de monde et on aurait dit que la foule de guest présente n’avait aucune éducation. Beaucoup de bousculades, pas beaucoup de politesse ni de considération pour ses congénères. Étonnamment nous avons croisé beaucoup plus de français à Universal qu’à Disneyland, on aurait dit que nos compatriotes étaient partout sur le parc ! Juste après avoir quitté Patrick nous avons croisé un sosie de Marilyn, mais seul Romi a voulu poser avec elle.

PATTY_1MARILYNPATTY_2

Après ces petits meet and greets impromptus nous avons visité quelques boutiques, puis nous nous sommes mis en route pour assister au show « Waterworld: A Live Sea War Spectacular », un classique d’USH. Aucun de nous n’avait jamais vu le film mais cela n’était pas trop gênant car ce spectacle nous a vraiment impressionnés, faisant remonter un peu la courbe de notre satisfaction de la journée ! Ce show est joué depuis 1995, l’année de la sortie du film, et il semble toujours aussi populaire et incontournable. Waterworld: A Live Sea War Spectacular se déroule sur l’eau, dans les airs et sur des plateformes entre les deux, il comporte beaucoup de cascades, de la pyrotechnie, et se termine en apothéose avec une chouette surprise que je ne vais bien sûr pas vous spoiler. Seule remarque négative au sujet de Waterworld, l’immersion totalement ruinée par les tours de Poudlard en arrière-plan (même si du coup c’est un peu drôle). Décidément entre Universal et Disney il y a un sacré gouffre à ce niveau-là. Petite anecdote : une fois de retour en France, je me suis dit qu’il fallait que je pallie mon inculture et que je devais regarder enfin le film Waterworld. Mais avant que j’en ai eu le temps, l’équipe de 2 Heures de perdues (notre podcast favori) a mis en ligne sa critique du film et je n’ai pas pu résister à l’écouter. Du coup, le visionnage du film, ça sera pour dans quelques années – si j’arrive à oublier la fin de l’histoire !

SANRIOSHOP_2SANRIOSHOP_3SANRIOSHOP_1SANRIOSHOP_5SANRIOSHOP_6SANRIOSHOP_4WATERWORLD

Il était maintenant temps de découvrir l’autre land que j’étais impatiente de voir de mes propres yeux, celui dédié aux Simpson. Ayant littéralement grandi avec ce dessin animé (qui en plus de beaucoup m’amuser a contribué à enrichir mon vocabulaire et ma culture générale – merci Lisa de m’avoir appris ce que sont les dodécaèdres et le Valhalla) j’étais juste surexcitée. Malgré la foule présente, nous avons pu profiter de la beauté de ce land dont le soucis du détail et le nombre de références ont mis du baume au coeur à l’énorme fan que je suis. Malheureusement, le land est assez mal entretenu et nous l’avons découvert un peu plus pastel (et crado) qu’il n’est supposé être – du moins je l’espère. Nous ne nous sommes pas attardés du tout sur le merchandising ni sur les snacks (pas de donut géant Lard Lad pour nous), l’amplitude horaire très chiche du parc (10-18h) nous empêchait de trop flâner, nous étions aussi rôtis par la chaleur et un peu las. En revanche, nous avons  bondi comme des cabris vers le Kwik-E-Mart en avisant une photolocation avec Marge et Homer. Les « Casts » d’Universal ont bien voulu nous prendre en photo tous ensemble mais ont vraiment fait le minimum syndical, la photolocation était en plus en plein soleil et on a à peine eu une poignée de photos potables. Un meet and greet avec Krusty le clown quelques mètres plus loin nous a vraiment donné l’impression que les rencontres personnages sont faites à l’arrache et leurs emplacements pas vraiment pensés. Universal et ses visiteurs n’accordent peut être pas autant d’importance aux meet and greets que Disney mais compte-tenu des personnages sympas que l’on peut rencontrer, c’est quand même dommage qu’ils ne soient pas mieux organisés. Enfin c’était quand même un bonheur sans nom de rencontrer enfin Homer et Marge qui sont un peu comme mes parents bis.

SPRINGFIELD_2SPRINGFIELD_7SPRINGFIELD_6SPRINGFIELD_5SPRINGFIELD_1SPRINGFIELD_4SPRINGFIELD_3SPRINGFIELD-MEETS_2SPRINGFIELD-MEETS_3SPRINGFIELD-MEETS_1

Notre guide de choc et de charme Romitchoin qui veille toujours à nous faire découvrir un maximum d’expériences en voyage (c’est valable à Disneyland Paris aussi, pas moyen de juste glander dans une chambre d’hôtel !) nous avait prévu une balade dans le culte et historique Studio Tram Tour local : Studio Tour (y’avait juste à rayer la mention « Tram » en somme). Il faut savoir qu’avant de comporter un parc à thème, Universal Studios Hollywood était tout simplement un studio de cinéma. Dès 1964 Universal a commencé à proposer des visites de ses studios en tram, and the rest is history. L’attraction continue d’émerveiller les cinéphiles en les baladant dans des décors de cinéma et de télévision aussi emblématiques que la maison de Psychose ou Wisteria Lane. Mais les trams traversent également des mini-studios dans lesquels des écrans font vivre aux guests chaussés de lunettes 3D des scènes de films très immersives (généralement tirées des derniers blockbusters de la firme). Nous avons pour notre part expérimenté King Kong 360 3-D et Fast & Furious – Supercharged et il faut admettre que c’est plutôt bien fait et amusant. Nous avons regretté d’être assis tout au fond du tram, cela nous a semblé amoindrir un peu l’expérience notamment pendant une scène extérieure hommage aux Dents de la Mer qui nous a paru n’être pas du tout synchronisée à notre passage. J’ai personnellement été attristée de voir que les décors extérieurs ne semblaient pas beaucoup entretenus, particulièrement la maison de Norman Bates et sa gentille maman, ainsi que les décors du Grinch qui semblent près de tomber en poussière. Dans l’ensemble Studio Tour est, il me semble, un incontournable du parc USH, c’est un véritable musée à ciel ouvert.

L’après-midi était déjà pas mal avancé et nous voulions tester le reste des rides du parc avant de quitter Universal. Nous avons donc pris une nouvelle fois les escalators des enfers pour rejoindre Lower Lot. Romi nous avait dit beaucoup de bien de Revenge of the Mummy, c’est donc vers cette attraction que nous nous sommes d’abord dirigés. Nous avons dû laisser nos affaires dans des lockers minuscules avant d’embarquer pour ce ride qui est l’une des quelques attractions sur rails d’USH – par opposition aux nombreux simulateurs, qui sont beaucoup moins notre tasse de thé. On trouve ces lockers à l’entrée de quelques attractions dont Harry Potter and the Forbidden Journey. Si l’idée de mettre des lockers à disposition avant le load des rides est plutôt bien pensée, à l’usage ils sont un peu pénibles à utiliser, et deviennent payants passée une certaine durée. Revenge of the Mummy est une petite montagne russe que l’on pourrait comparer à un sous-Indiana Jones. Les sensations sont rigolotes mais on aurait aimé être un peu plus secoués, une partie du ride s’effectue en arrière ce qui nous a plutôt surprises (pas en bien dans le cas de Zouzou mais elle s’en est remise). L’utilisation un peu trop fréquente d’écrans dans cette attraction ne nous a pas plu des masses mais à ce stade de la journée Zouzou, Flavie et moi nous étions fait notre avis sur ce parc. Universal n’est pas notre came et nous avons fini par nous en vouloir de nous plaindre autant alors que Rominette faisait tout son possible pour partager avec nous son enthousiasme. Par chance le ride suivant allait nous impressionner autrement par ses sensations et (enfin) du media parfaitement synchronisé. Transformers The Ride – 3D est malheureusement basé sur une licence qui ne nous attire pas du tout, mais l’attraction en elle-même est impeccable et j’ai tellement adoré ce ride que je l’ai classé second dans mon Top 3 de la journée (juste derrière Jurassic World, mais ne me demandez pas ce qui vient en troisième position car je n’en ai aucune idée).

Il était bientôt 17h et le seul ride restant sur notre liste était (last but not least) : The Simpsons Ride. Comme cette attraction est un simulateur de plus, Zouzou a préféré s’abstenir de monter dedans, craignant une migraine ou un petit vomito. J’étais très excitée en rentrant dans la bouche de Krusty le Clown qui est l’entrée de l’attraction. L’attente indiquée nous paraissait raisonnable mais c’était sans compter un dysfonctionnement mystérieux qui nous a fait poireauter environ trois quarts d’heure dans la file avant d’accéder au load. Un petit pré-show amusant présente plusieurs habitants de Springfield qui font eux aussi la queue pour l’attraction, ceci s’expliquant par le thème de cette dernière : une visite à Krustyland et l’inauguration de la dernière création du clown déjanté, le « Thrilltacular: Upsy-Downsy Spins-Aroundsy Teen-Operated Thrillride ». Juste avant d’embarquer dans notre véhicule,  un membre du staff nous a fait un petit speech sur l’attraction et la sécurité, sans se soucier de la deuxième partie du pré-show que nous n’avons du coup pas pu écouter (et à laquelle nous n’avons de fait rien compris). Le ride en lui-même a été une déception de plus, d’abord car l’habitacle du simulateur ne tient pas compte de la différence de taille potentielle des guests, nous avions des personnes assez grandes devant nous qui nous ont masqué une partie de la vue. Ensuite, car la totalité du média est en 3D,  alors que le dessin animé original est tout ce qu’il y a de plus 2D au monde, pour cette rencontre plutôt originale avec ma famille américaine favorite, j’espérais retrouver un peu plus l’univers visuel que j’aime tant. L’histoire de l’attraction en soi est drôle et nous avons eu le plaisir d’entendre les personnages doublés par leurs voix originales, mais l’un dans l’autre, nous n’avons pas du tout été séduits. La vue de Poudlard dressée derrière les immeubles de Springfield en quittant l’attraction nous a fait sourire, -50 points pour Gryffondor pour avoir ruiné l’immersion chez la famille Simpson !

SPRINGFIELD_9SPRINGFIELD_8SPRINGFIELD_10

C’est sur cette dernière attraction que notre journée au parc Universal s’est achevée, avec un bilan en demi-teinte pour être tout à fait honnête. Nous étions néanmoins heureuses d’avoir découvert un nouveau parc à thème et nous envisageons toujours d’aller visiter sa version east coast à l’occasion d’un voyage futur dans les parcs de Floride. Nous n’avons toutefois pas quitté Universal immédiatement car nous avons passé la fin d’après-midi à CityWalk, le « Disney Village » d’USH qui abrite de nombreux snacks et boutiques très américains que nous avions hâte de découvrir. Notre premier stop fut chez Hot Topic, la célèbre chaîne de boutiques spécialisées dans la pop-culture. Nous bavons régulièrement devant leur site internet où nous n’achetons quasiment jamais rien car les frais de port USA-France sont chaque année plus prohibitifs et nous espérions donc faire quelques trouvailles en boutique. Malgré ses rayonnages blindés d’articles, Hot Topic ne nous a finalement pas fait craquer, mais nous avons surmonté cette déception sans problème, CityWalk nous plaisait déjà beaucoup par ailleurs et nous étions très excités par notre seconde visite (enfin pour être honnête seules Flabi et moi étions au taquet à ce point) : la pâtisserie Voodoo Donuts ! Originaire de Portland, la très célèbre boutique de beignets a étendu sa popularité au delà des frontières de l’Oregon pour s’installer en Californie et dans quelques autres états, et nous rêvions littéralement de mordre dans certaines de ses spécialités (depuis plus de cinq ans en ce qui me concerne, d’où ma fébrilité). Clairement,  Zouzou et Robi n’avaient ni faim, ni envie de se gaver de sucre et de gras à 18h et des brouettes, mais Flav et moi avons fait fi de ces deux rabats-joie et sommes fièrement sorties de la boutique avec quatre beaux donuts, dont la poupée vaudou, signature de l’enseigne avec son morceau de bretzel planté en plein coeur.

CITYWALK_6CITYWALK_3CITYWALK_2CITYWALK_1CITYWALK_4CITYWALK_5

Après ce petit goûter tardif,  Clément nous a rejoints pour un verre à CityWalk qui venait de s’illuminer de mille ampoules et néons tandis que la nuit commençait à tomber. Nous avons tous commandé une boisson alcoolisée et avons donc dû présenter nos passeports malgré nos cernes et nos cheveux blancs qui trahissaient que nous avions tous plus de 21 ans. Les américains ne plaisantent vraiment pas avec ça, et ça m’a marquée à chaque fois. CityWalk en mode « night operation » nous a définitivement charmés et restera un de mes meilleurs souvenirs d’Universal pour m’avoir rappelé notre Disney Village. Très concentré et vivant, ses éléments architecturaux en hauteur donnent l’impression de se trouver dans une bulle un peu (rétro-)futuriste, en bref, nous avons profité d’une séquence de sortie très charmante avant de quitter pour de bon USH.

Nous dînions de nouveau avec Clément ce soir-là, cette fois chez lui et son époux. Avant de nous y rendre,  nous avons fait un petit stop dans une autre chaîne de supermarchés inédite pour nous : Vons ! Un peu plus mainstream que Trader Joe’s, elle ne m’a pas moins captivée grâce à ses rayonnages débordants de gâteaux multicolores et de sauces décorées du portrait de Paul Newman. Nous avons acheté une bouteille de jaja et des glaces pour le dessert, puis nous avons rejoint l’appartement de Clément qui nous a cuisiné de délicieux spaghettis. Il nous a ensuite raccompagnés à notre petit chez nous, Zouzou et moi lui avons dit au revoir et l’avons chaudement remercié pour s’être si bien occupé de nous tous pendant notre semaine à Los Angeles. Rominette et Flajitas avaient encore deux jours de vacances devant eux, pour nous il était temps de boucler nos valises et de nous préparer à rentrer. Nous avions un vol le lendemain à 10h, le réveil allait salement piquer. Nous avons traîné un peu tous les quatre devant un documentaire de David Attenborrow avec des masques de chez Inisfree sur le visage, puis nous nous sommes fait des bisous et nous sommes mis au lit avant de sombrer dans un sommeil bercé par les chansons de Saving Mr. Banks (notre film chouchou). Le lendemain nous réservait quelques heures d’aventure en rab avant d’atterrir sur le plancher des vaches, on vous raconte ça dans le prochain billet : le retour et le bilan !

VONS_3VONS_2VONS_1VONS_5VONS_6VONS_4CHEZCLEMENT

4 réflexions sur “DLR 2019 7/8 – Thank you, next

  1. Encore parfait! La fin du séjour se termine et vous nous avez encore bien gâtés entre le récit tout en détails et les illustrations si colorées! Le soleil de Californie est en effet bien particulier et la chaleur n’a pas de prise sur les jolis sourires de la joyeuse petite bande! Merci les chéries! 💖❤️

    J'aime

  2. Tu me confirmes donc le fait que je n’ai pas de regret de ne pas avoir pris le temps de découvrir Universal à Orlando pour me faire une semaine totalement dédiée à Disney ! Je pense que je découvrirai l’un de ses parcs un jour ou l’autre, que ce soit en Californie, en Floride ou même au Japon mais je pense que mes attentes ne seront pas les mêmes, surtout concernant Hogsmeade. Je te remercie en tout cas pour ce bel article, bien coloré avec le land des Simpsons qui donne tout de même envie d’être découvert.

    J'aime

    1. Et bien pas forcément en fait… C’est à dire que je pense que le parc Universal de Floride est plus immersif et plus vaste aussi, ce qui fait qu’on envisage quand même sérieusement une visite… Après en Californie c’est sûr je n’ai pas envie d’y retourner, mais même si je privilégie Disney et bien j’aime varier les expériences et comparer haha (bon pas très utile mon commentaire tu as vu…)

      J'aime

  3. Je comprends ton avis, c’est bien aussi de découvrir d’autres parcs et de ne pas rester que sur Disney. De mon côté je n’ai pas souhaité y aller en Floride mais mon séjour était relativement court vis à vis de la surface du Resort finalement. Pourquoi pas une découverte au Japon avec le prochain Land dédié à Nintendo. (Si je ne me trompe pas!)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s