DCL EAST COAST 2022 3/15 – Let’s go cruisin’

Happy Sunday everyone ! Et bienvenue dans le troisième billet (ou second épisode) de notre TR de croisière(s) sur la côte est !

Après une confortable nuit au Hampton Inn & Suites de Cape Canaveral, nous avons évidemment ouvert les yeux à 5h30 en raison du jet lag. Nous nous sommes blotties contre nos gros oreillers, et avons ouvert l’app Netflix de Zozo pour regarder un épisode de Gossip Girl en attendant qu’arrive l’heure du petit déjeuner (inclus dans la réservation de la chambre via Booking). Enfer et damnation, impossible de lire les épisodes pré-téléchargés sur l’iPhone ! Sûrement une histoire de catalogue Netflix américain ou de localisation de l’appareil. Nous avions téléchargé une saison entière pour nous tenir tous les cafés du matin du séjour (notre tradition pré-petit déjeuner), qu’allait-on regarder maintenant ? Bien dégoûtées, et inquiète pour l’avenir de notre divertissement au réveil, nous avons allumé la télé et négligemment regardé l’émission Wipeout sur TBS (ce jeu où des candidats se vautrent sur des parcours d’obstacle en mousse et dégringolent dans des petites piscines). En relevant mon appli Gmail j’ai vu que j’avais reçu le « Heath Questionnaire » pré-embarquement de la Disney Cruise Line. À l’heure où vous me lisez je ne sais pas si ce dernier est toujours d’actualité mais jusque septembre en tout cas la DCL demandait que tous les passagers répondent avant de monter sur le navire à des questions du type : est-ce qu’un des membres de votre groupe a des symptômes COVID, attend un enfant, ou a eu le COVID ces dix derniers jours…

IMG_0450-2

Une fois ce questionnaire dûment complété, nous sommes descendues prendre notre petit déjeuner au rez-de-chaussée, et avons eu une assez bonne surprise en découvrant le buffet du Hampton Inn, assez simple mais plutôt sympa. J’ai rempli une assiette de pommes de terres sautées pendant que Zozo, bien plus entreprenante que moi, s’est lancé le défi de se cuire une gaufre minute. Barre de rire de nous deux en repensant à la scène d’Impeachment: American Crime Story où le personnage de Linda Tripp s’impatiente en voyant une femme utiliser un gaufrier sans savoir qu’il faut le retourner. Si vous n’avez pas vu cette série je vous la conseille, sinon re-régalez-vous avec cet extrait. « YOU HAVE TO ROTATE IT« . Nous nous sommes installées sur la terrasse près de la piscine comme la veille au soir pour déguster notre premier breakfast américain des vacances, et comme la veille au soir, chaleur et moiteur étaient au rendez-vous. À tel point que quand j’ai retiré le cache de l’appareil photo, l’objectif s’est immédiatement couvert de buée et j’ai dû attendre cinq minutes avant de pouvoir l’utiliser. Spoiler alert, je me suis tapé cette foutue buée sur l’objectif TOUS LES JOURS du voyage (et m’étonne de n’avoir jamais lu ça sur aucun TR) ! 

IMG_0458-2IMG_0454-2IMG_0456-2

Avisant sur la terrasse un couple en train de s’en griller une pépouze sur un canapé, nous sommes allées leur demander où on pouvait trouver des cigarettes dans le coin (nous ne sommes pas de grosses fumeuses mais la petite clope sur la promenade extérieure d’un bateau Disney le soir c’est un plaisir sans égal, tout comme la différence de prix entre les paquets français et les américains). Le charmant couple nous a expliqué qu’à cinq minutes de marche de l’hotel se trouvait une station service, impossible de la louper selon leurs dires. C’est ainsi que nous sommes parties en chaussures Melissa compensées et Crocs à l’aventure pour traverser les 200m qui nous séparaient de nos guinzes de radines. On n’a pas été déçues du voyage. Cette petite épopée fut la première d’une série de traversées de route à la Eddie Murphy dans le film de 1999 Bowfinger Roi d’Hollywood (un bon point si vous aviez la ref), à savoir : à l’arrache complet, car les passages cloutés dans le coin ÇA N’EXISTE TOUT SIMPLEMENT PAS. Tout ça pour rallier ladite station service, qui en plus d’être quasi inatteignable pour des piétonnes, s’est révélée être plutôt mal famée et d’apparence bien craignos, contrastant beaucoup avec les hotels cossus de l’autre côté de la rue. Nous avons acheté nos deux paquets de Lucky mentholées en quatrième vitesse et avons détalé sans demander notre reste, avant de nous retaper la traversée des enfers de la route pour regagner l’hotel. « ON NE FAIT PLUS JAMAIS ÇA », nous sommes-nous juré juste après que Zozo ait failli se rétamer par terre à cause de ses Melissa en plastique qui raccrochaient le bitume brûlant (mais vous avez compris, ce n’était pas du tout la dernière fois que ça allait nous arriver). En bref, ne faites pas ça chez vous.

IMG_0460-2IMG_0459-2IMG_0463-2

De retour dans la chambre nous avons rassemblé les quelques affaires que nous avions déballé pour la nuit, puis nous sommes douchées et habillées, en prenant soin d’enfiler un maillot de bain sous notre tenue du jour ! En effet il y avait fort à parier que nous passions par Quiet Cove (l’espace piscine / bar réservé aux adultes) avant de découvrir notre cabine – ces dernières étant généralement disponibles entre 14 et 16h seulement. Avec une bonne demi-heure d’avance nous sommes descendues avec nos trois valises dans le lobby, pour attendre que l’on vienne nous chercher pour prendre la navette qui devait nous emmener au terminal Disney Cruise Line.

IMG_0466-2

Pas mal de monde attendait déjà et le coin lounge du lobby du Hampton était complètement encombré de valises fichées d’étiquettes de différentes lignes de croisière. Nous avons avisé un couple assis à une table non loin de nous dont les valises affichaient fièrement les « luggage tags » violets du Fantasy, tout comme nous. On allait les croiser plusieurs fois dans la semaine sans jamais avoir l’occasion de leur adresser la parole. Les deux pipelettes quinquagénaires des enfers installées sur le canapé en face de nous, en revanche, allaient devenir nos grandes copines de la semaine, mais on ne le savait pas encore ! En tendant l’oreille aux conversations autour de nous, nous avons entendu quelqu’un dire qu’on serait 2600 passagers sur le Fantasy, sur une capacité totale de 4000. C’était plutôt une bonne nouvelle, ça voulait dire moins de monde aux piscines et aux meet and greets, mais surtout un peu moins de foule et ça c’était rassurant pour nous qui devions éviter à tout prix de choper le COCO pendant la semaine. D’ailleurs j’ai oublié de le préciser, mais depuis le départ la veille, à l’exception des repas et des moments où nous étions seules, nous portions le masque non-stop.

Nous commencions à trouver le temps long (même si c’est nous qui étions en avance et non pas la navette en retard), pas mal de gens se baladaient maintenant dans le lobby exhibant des tee-shirts et casquettes « ARTEMIS ». Les pauvres ont dû passer un séjour moins sympa que nous à Cape Canaveral, vu que la fusée n’a jamais décollé dans les jours qui ont suivi. Nous avons alors commencé à engager la conversation avec nos intarissables voisines d’en face, après que l’une des deux m’ait complimentée sur mon sac à dos Disney Cruise Line. Nous avons appris qu’elles s’appelaient Shauna et Kelly, copines depuis quelques mois seulement grâce à une vente sur Facebook Marketplace, elles venaient d’arriver du Canada pour passer cette semaine de croisière ensemble. Je me suis gardée de dire le fond de ma pensée, à savoir que c’était audacieux de partager une micro-cabine pendant sept jours avec une quasi-étrangère, et vous allez voir qu’elles-mêmes ont eu l’occasion de le réaliser un peu plus tard. Nous avons discuté pendant un bon quart d’heure, pendant lequel elles nous ont raconté que le mari de Shauna avait été laissé seul chez eux avec pour mission de garder leurs trois chiens, ainsi que les deux de Kelly, de petits yorkshires prénommés Mickey et Mouse. Quand la navette est finalement arrivées Kelly nous avait déjà montré sur son Samsung un album photo entier dédié aux deux petits chiens.

Le trajet en navette est très rapide, en dix minutes à tout casser nous étions arrivées, après avoir vécu la plus magique des séquences d’arrivées avec vue sur le Fantasy qui se rapprochait petit à petit. Je rêvais de vivre ça depuis tellement d’années, de faire une croisière au départ DU TERMINAL DISNEY CRUISE LINE, le vrai, et j’arrive à peine à croire que nous avons réalisé ce rêve (et deux fois en plus).

IMG_0475-2

Mais revenons à nos moutons. En descendant de la navette, le bagagiste qui nous a débarrassées des valises pour les faire envoyer à notre cabine nous a soufflé à l’oreille qu’il est coutume de donner un pourliche en échange de ce service, non inclus dans le tarif de la croisière (contrairement aux tips des serveurs et maids de la semaine). Pour la première fois en trois croisières nous avions vraiment anticipé la question des pourboires (notamment en prévision du room service que nous pratiquons beaucoup), et lui avons donné quelques dollars. Je confesse qu’on a géré le pourboire au feeling tout le séjour, et que très souvent j’ai été vraiment stressée à l’idée de donner trop ou pas assez, donc on a improvisé, en grande partie grâce aux conseils de l’ami Matthieu. Nous avons perdu Shauna et Kelly à cette étape (mais pas pour longtemps), et avons trottiné vers l’entrée du terminal, les yeux écarquillés pour ne louper aucun détail de l’architecture très colorée et 90’s du bâtiment.

IMG_0478-2IMG_0479-2IMG_0476-2

Une fois entrées dans le terminal nous avons commencé par faire la queue au rez-de-chaussée (en empruntant la file réservée aux membres Castaway Club, dont font partie toutes les personnes ayant déjà fait une croisière ou plus avec Disney), puis après avoir montré nos passeports et nos formulaires d’arrivée au port, on nous a envoyées au premier étage pour valider notre check-in à un guichet spécial. C’est à cet endroit-même que nous avons pu admirer l’incroyable et iconique maquette du Disney Magic (premier navire de la flotte, et premier sur lequel nous avons navigué), dont un des côtés est ouvert et laisse voir la composition de ses ponts et son aménagement intérieur en miniature ! Un régal pour les yeux (et aussi pour la satisfaction de se dire « ça y est on est des vraies on a embarqué depuis le terminal historique »).

IMG_0495-2IMG_0488-2IMG_0489-2IMG_0499-2IMG_0493-2IMG_0490-2

Ce guichet est le seul endroit où on nous a demandé à voir notre ESTA de tout le séjour (j’en déduis que la douane doit pouvoir y avoir accès via le passeport aux aéroports ?). Une fois toutes les formalités administratives achevées, nous avons patienté jusqu’à ce que notre groupe d’embarquement (le numéro 15, l’attente fut interminable) soit finalement appelé. C’est à ce moment précis que l’excitation a commencé à devenir incontrôlable. Cette sensation de joie si familière de pré-embarquement, l’imminence de la découverte du bateau, et en même temps de la fin de trois années de frustration et d’impression qu’on ne pourrait plus jamais faire de voyages, tout cela commençait à nous rendre à la fois très nerveuses (dans le bon sens du terme), et limite hilares. Nous avons suivi les autres guests du groupe dans la file d’attente, avons bien sûr fait un stop pour nous faire prendre en photo devant le fond imprimé aux couleurs du Fantasy, et finalement, avons emprunté le couloir nous menant AU BATEAU !!

2022-09-03---Disney-Fantasy---Disney-Cruise-Line_32022-09-03---Disney-Fantasy---Disney-Cruise-Line_2

Comme le veut la traditionnelle séquence d’entrée quand on fait une croisière Disney, le Crew Member chargé de nous accueillir nous a demandé nos noms, avant de les annoncer à tout le lobby pour qu’on nous souhaite collectivement la bienvenue, au moment même où nos yeux se posaient sur l’atrium du Fantasy pour la première fois. À cet exact instant, toute la pression retombant, j’ai fondu en larmes, de joie bien sûr. À peine trois pas fait sur le Fantasy et j’étais déjà totalement séduite, cette impression n’a fait que se renforcer tout au long de la semaine. Pendant les dix premières minutes passées à bord, nous avons admiré le décor autour de nous, tout en saluant les Crew Members qui nous souhaitaient la bienvenue les uns après les autres (en hoquetant pour ma part vu que j’ai bien mis un quart d’heure à arrêter de chialer comme une madeleine). J’avais particulièrement hâte de découvrir le Fantasy car je sais depuis longtemps que c’est le favori de notre PE national. Nous avions un peu peur d’être déstabilisées par son volume comparé aux petits bateaux, mais au final il n’en fut rien et on a très facilement trouvé nos marques à bord dès le premier jour. Vous verrez au fil des épisodes et des photos à quel point le Fantasy est beau, et spoiler alert, il est immédiatement devenu mon préféré également (est-ce qu’il l’est resté après notre croisière sur le Wish ? Réponse dans quelques épisodes) !

IMG_0561-2IMG_0568-2IMG_0579-2IMG_0578-2IMG_0576-2IMG_0577-2IMG_0582-2IMG_0580-2IMG_0583-2IMG_0584-2IMG_0581-2

C’est bien entendu vers le Cabanas que nos pas nous ont immédiatement guidées ensuite, pas question de faire quoi que ce soit d’autre que MANGER en premier le jour de l’embarquement. Et vraiment, ça nous avait manqué ! Nous avons rempli nos assiettes et avons mangé en terrasse (autant s’habituer maintenant au cagnard et à la moiteur), heureuses comme des papes, nous vautrant dans la joie et les tenders de poulet (PE si tu lis ces lignes, honte à toi qui ne les a jamais testés) ! 

IMG_0688-2IMG_0504-2IMG_0509-2IMG_0689-2

Après déjeuner nous avons mis le cap sur Quiet Cove, notre QG piscine habituel, avec un peu d’appréhension puisqu’on savait que la zone adulte est plus petite sur les plus gros bateaux (d’ailleurs plus ça va plus elle rétrécit !), mais au final nous nous sommes adaptées et avons créé de nouvelles habitudes ! Nous avons profité un moment de la piscine, où nous avons été rejointes par Kelly qui s’est installée sur le muret de la piscine pour vider son sac sur ses premières heures à bord avec Shauna. Leur cohabitation ne commençait apparemment pas sous les meilleurs auspices vu que les deux copines ont découvert sur place qu’elles n’avaient ni le même rythme de vie ni les mêmes priorités concernant les activités de la semaine. Nous avons essayé de lui transmettre un peu d’optimisme, attristées que sa toute première croisière semble démarrer dans une ambiance en demi-teinte, et lui avons rappelé (si besoin était) qu’elles étaient toutes les deux venues profiter d’une croisière Disney de rêve et que ce n’était pas grave si elles ne voulaient pas faire la même chose de leurs journées (la sagesse incarnée vous avez vu).

Après environ une heure et demi de grillade de notre couenne à Quiet Cove, le moment était venu d’aller découvrir notre cabine, où nos Keys to the World (ou clé de chambre / moyen de paiement lié à nos cartes bancaires / « carte d’identité » à bord) avaient été déposées ainsi que nos bagages un peu plus tôt. Nous étions particulièrement excitées de voir à quoi ressemblait notre petit chez-nous flottant de la semaine, car pour la première fois… NOUS AVIONS UNE CABINE VERANDAH (avec un balcon) ! WOOHOO ! Nous n’avions jusqu’alors occupé que des « Inside Staterooms » en croisière, soit des petites cabines aveugles, avec WC dans la salle de bains, ce qui ne nous avait jamais posé problème puisque ces dernières sont très confortables et qu’on n’y passe que quelque heures par jour. Mais alors je peux vous dire qu’en découvrant la cabine 6654 qui nous attendait, ce fut plus qu’un choc. Plus grande que nos habituelles inside, elle disposait d’une salle de bains et WC séparés, mais surtout d’une verandah plus que confortable équipée de fauteuils et d’une petite table. Vraiment le grand luxe. Nous avons aimé d’amour cette cabine pendant toute la semaine et en avons profité au maximum, prenant l’habitude de manger du room-service avec vue sur la mer, ou de simplement s’asseoir un moment le soir pour respirer l’air marin avant d’aller se coucher. Je m’attarderai dans le prochain billet sur le tableau accroché au dessus du canapé, représentant des timbres à l’effigie de personnages Disney, et que j’ai failli retirer du mur pour partir avec à la fin de notre cruise. Mais sans plus attendre, petit room tour :

IMG_0538-2IMG_0536-2IMG_0535-2IMG_0515-2IMG_0519-2IMG_0518-2IMG_0533-2IMG_0529-2IMG_0540-2IMG_0522-2IMG_0527-2IMG_0542-2IMG_0524-2IMG_0526-2IMG_0523-2IMG_0516-2IMG_0539-2

Après nous être vautrées comme il faut dans le luxe de notre cabine, nous nous sommes changées et préparées pour le reste de l’après-midi, avant de rejoindre l’atrium pour les premières rencontres personnages des vacances ! En traversant le couloir allant de notre cabine aux escaliers nous avons avisé la porte d’une famille voisine qui arborait une pancarte « PROUD TO BE TEXAN ». On en fera peut-être une « FIÈRES D’ÊTRE DU 54 » la prochaine fois tiens.

Au programme des rencontres de cette première journée à bord : le Capitaine Minnie (en jupe sur le Fantasy), rayonnante comme toujours, Mickey, Pluto, et la bonne surprise : Donald et Daisy en duo ! Sur le Magic et le Wonder nous n’avions pas été habituées aux double meet and greets (à part pour Tic & Tac bien sûr), mais sur le Fantasy ils sont très fréquent, ce qui fit notre plus grand bonheur toute la semaine. Mais la cerise sur le pompon, c’est que depuis le 29 août (soit depuis seulement cinq jours plus tôt) les meet and greets non distanciés étaient de retour ! QUEL CUL BORDÉ DE NOUILLES ON A EU ! À quelques jours près nous aurions dû nous contenter de rencontres à distance avec nos petits chouchous, mais au lieu de cela nous avons pu faire des câlins à foison (les personnages s’en sont donné à coeur joie, mais pas autant que nous), merci à notre bonne étoile pour ce beau cadeau.

2022-09-03---Disney-Fantasy---Disney-Fantasy2022-09-03---Disney-Fantasy---Disney-Fantasy_42022-09-03---Disney-Fantasy---Disney-Fantasy_102022-09-03---Disney-Fantasy---Disney-Fantasy_6

Nous avions ensuite rendez-vous avec la Sailing Away Deck Party ! LE show qui officialise le début des vacances sur les bateaux Disney, c’est une sorte de bénédiction du capitaine pour s’amuser sans limites toute la semaine. Arrivées un peu tard (et un peu à l’arrache) sur le deck 9 nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour nous placer correctement, mais nous avons profité du spectacle de loin avec beaucoup de plaisir, c’est une tradition vraiment incontournable !

IMG_0551-2IMG_0549-2IMG_0550-2

Après le spectacle nous nous sommes promenées sur les ponts 9 et 10, en profitant pour prendre quelques photos avec un vent à DÉCORNER LES BOEUFS (les images parlent d’elles-mêmes) ! On commençait à se faire à la chaleur ambiante (nous étions encore à Port Canaveral ou tout juste partis), et surtout, paradoxalement (il doit y avoir une explication scientifique que j’ignore à cela) nous n’avons presque plus souffert de l’humidité quand nous étions en mer.

IMG_0680-2IMG_0685-2IMG_0682-2IMG_0602-2IMG_0665-2IMG_0597-2IMG_0634-2IMG_0603-2IMG_0660-2IMG_0686-2-copie

Comme d’habitude nous avons profité d’internet pendant tout le temps que nous étions à quai pour partager des photos avec nos proches, une fois en mer en revanche nous avions la possibilité de payer un forfait internet (qui a changé de type et de tarif depuis notre cruise précédente), ou bien de nous en passer et tester pour la première fois l’utilisation des iMessages, gratuite à bord pour les messages texte uniquement ! C’est le pro-tip que j’aurais aimé connaître en 2019, ça nous aurait évité de payer pour une semaine un mini pack avec très peu de data.

Les habitués de la DCL ou des TR, vous savez que le jour de l’embarquement un rendez-vous est donné à tous les passagers à leur lieu de rassemblement d’urgence, afin que chacun sache où se rendre dans le cas d’une évacuation du bateau plus tard pendant le séjour. On l’appelle l’Assembly Drill. Cette formalité qui nécessitait de rassembler beaucoup de personnes d’un coup a été remplacée par un système beaucoup plus simple et qui permet d’être plus autonome, en plus de mieux gérer son planning la première après-midi. Le nouveau système consiste à se rendre à son point de rassemblement au moment de son choix grâce aux indications données par l’application Disney Cruise Line, et d’y uploader une photo d’un repère spécifique. Ce repérage physique doit être complété par une vidéo à regarder dans sa cabine. Sauf que nous étions tellement occupées à rôtir au soleil et nous tirer le portrait cheveux au vent toute l’après-midi que nous avons raté le créneau pour télécharger la photo de notre repère. Oops. Mais on allait avoir l’occasion de rattraper cela plus tard (car il est obligatoire de se plier à cette consigne).

La vue depuis notre point de rassemblement étant plutôt agréable, nous en avons profité pour faire une petite promenade sur le deck 4.

IMG_0695-2IMG_0697-2IMG_0698-2IMG_0693-2

Le bateau ayant maintenant pris la mer pour de bon, les boutiques pouvaient enfin ouvrir (si vous ne le saviez pas, toutes les boutiques – et comptoirs Shutters, liés au service Photopass – sont fermés quand le bateau est à quai), et nous allions pouvoir faire chauffer nos Keys to the World ! Bon on a été plus raisonnables que prévu. Le seul article que je voulais ABSOLUMENT était la réplique de la statue de Minnie de l’atrium, pour compléter ma collection jusqu’ici composée de Mickey (statue du Disney Magic, offerte par notre pote Matt car elle n’était pas dispo quand nous avons navigué sur ce bateau) et Ariel (statue du Wonder). Je me suis jetée dessus en arrivant dans la boutique Mickey’s Mainsail, et une fois cet indispensable souvenir sécurisé j’ai pu m’attarder sur le reste de la sélection proposée. J’avoue que pour la première fois j’ai été un peu déçue par le peu de variété et de gammes disponibles, et surtout l’absence d’une ligne dédiée à la saison Caraïbes 2022. En Méditerranée et en Alaska nous avions pu rapporter plusieurs articles spécifiquement designés avec l’année, le navire, et la destination de la croisière, ce qui je trouve fais de super chouettes souvenirs. La faute au COVID peut-être, ou au fait que cet itinéraire est plus commun ? Toujours est-il que cela m’a aidée à rester plutôt raisonnable avec le shopping, puisque je n’ai craqué « que » pour un tee-shirt, une paire de pins, une lanière et un magnet, en plus de ma statuette. Vous verrez dans quelques semaines que la tentation a été autrement plus tendue à gérer sur le Wish (j’en ai encore des sueurs froides tellement j’ai eu envie de tout y acheter, mais gardons cette histoire pour plus tard). Zouzou quant à elle a craqué pour un ensemble short et chemisier de la section enfants (que vous découvrirez également dans la partie du TR dédiée à notre croisière sur le Wish – je vous préviens vous allez devoir être patients), ainsi qu’une paire de boucles d’oeilles. Nous avons également fait quelques achats pour la famille et pour le bureau. Bien sûr, un haul complet vous attend… probablement à la fin du TR en 2023.

Un peu soucieuse de régler cette histoire d’Assembly Drill pour en être débarrassée, j’ai alors ouvert mon application DCL pour essayer de contacter Guest Services via le chat. Mais je n’ai pas eu besoin de le faire puisqu’un message sur la page de garde nous priait de nous rendre à Preludes (la zone située entre les boutiques et le Walt Disney Theater, où vous pouvez acheter boissons et popcorn avant les shows) pour confirmer à une Crew Member que nous avions complété l’exercice. Nous sommes tombées sur une adorable CM à qui nous avons expliqué où se trouvait notre point de rassemblement sur un plan, puis elle a noté nos noms sur un tableau imprimé sur une feuille de papier.

En route pour le restaurant (youpi, l’heure du dîner !) je me suis fait la réflexion qu’on voyait vraiment beaucoup passer de lanières Silver Level et Disney Vacation Club, mais peu de Gold et Platinium, une tendance qui allait s’inverser sur le Wish.

IMG_0701-2

Pour notre premier diner nous avions rendez-vous… au restaurant Royal Court, situé dans l’atrium, tout comme Lumière’s sur le Magic, et Triton’s sur le Wonder. Eeet… comme sur les deux plus petits bateaux, c’est le restaurant que nous avons le moins aimé du séjour. Le thème princier, le décor dans les tons brun et or, ajoutés au fait que – sans doute parce que nous avons demandé avant le voyage à ne pas être placés à la table d’une autre famille, précautions COVID obligent – notre table faisait face à une porte de service, tout cela a fait que nous ne retiendrons pas nos diners au Royal Court comme les meilleurs du séjour. Mais nous y avons malgré tout passé de très bonnes soirées, à commencer par ce premier repas inspiré de la cuisine des pays d’origine des princesses Disney. Nous avions dégusté un menu au thème similaire sur le Disney Magic en 2017, ce qui ne nous a pas empêchées de vouloir tout gouter ce-soir là. À notre arrivée nous avons fait la rencontre de notre serveur Rakesh, et de notre assistante serveuse Svetlana. Tous les deux adorables et très drôles, ils ont fait de chacun de nos diners des moments très spéciaux. Quand nous avons dit à Rakesh que nous souhaitions commander tous les appetizers de la carte, et trois des quatre plats proposés pour les partager, il nous a répondu que « sharing is caring« , ce qui fut notre mode de fonctionnement pendant toutes les vacances.

Évidemment nous nous sommes jetés sur le service de pain quand Rakesh nous l’a apporté. Petite nouveauté depuis nos croisières précédents : le beurre de la marque Glenview Farms, des petits beurres individuels au vrai gout de beurre avec des cristaux de sel. Une vraie bonne surprise (alors bien sûr on en a mangé tous les soirs).

IMG_0706-2IMG_0710-2IMG_0711-2IMG_0708-2IMG_0704-2IMG_0713-2IMG_0718-2IMG_0715-2

Comme presque chaque soir, une photographe est venue nous tirer le portrait à table. Ce qui est un exercice assez osé et périlleux, entre les assiettes à moitié entamées et les nappes couvertes de miettes, sans parler du risque d’avoir quelque chose coincé entre les dents. Mais évidemment on ne s’est jamais fait prier. Remarquez comme nous étions parfaitement dans le thème du restaurant avec nos Spirit Jersey Avengers Campus – c’est qu’il n’était pas question d’attraper une petite crève dès le premier soir avec la clim à fond à bord (spoiler alert : j’allais choper une énorme crève le dernier soir, mais ne divulgâchons pas la suite du TR) !

2022-09-04---Disney-Fantasy---Disney-Fantasy_192022-09-04---Disney-Fantasy---Disney-Fantasy_18

J’ai oublié de mentionner que notre premier jour de croisière, le 3 septembre, était également mon quatrième « Disneyversaire » (anniversaire de Cast Member). J’avais prévu d’aller dans la journée à Guest Services demander un badge, et de signaler à l’équipe du restaurant que nous avions quelque chose à fêter pour marquer le coup, mais comme nous avons passé la journée à courir partout et que la file d’attente pour accéder à Guest Services n’a jamais diminué jusqu’au soir, je n’ai jamais réussi à m’en occuper. Refusant d’accepter qu’on ne fête pas cette journée spéciale, Zouzou est allée discrètement toucher un mot de la chose à Rakesh pendant le diner, et bien que l’équipe n’ai jamais tout à fait compris de quel anniversaire il s’agissait, on m’a apporté un petit gateau avec une bougie en chocolat blanc plantée au sommet et c’était vraiment très mignon.

Le meilleur dessert de ce diner fut le soufflé au Grand Marnier servi tiède avec sa crème anglaise, un régal à chaque fois.

IMG_0719-2IMG_0720-2IMG_0721-2

Après le diner nous avions prévu d’aller boire un verre dans l’un des bars pour continuer cette célébration sans fin de début de vacances, mais nous étions tellement éclatées de fatigue que nous avons finalement renoncé et avons conclu qu’on se rattraperait le lendemain. À la place nous sommes allées chercher du thé au deck 11 pour boire dans notre lit.

IMG_0728-2IMG_0725-2IMG_0723-2IMG_0726-2

En arrivant à la cabine, un courrier nous attendait pour nous informer (une fois de plus) que nous avions manqué l’Assembly Drill. J’imagine que la correction sur papier faite par la Crew Member à Preludes n’est jamais remonté dans le système. J’ai immédiatement téléphoné à Guest Services pour les informer de notre mise à jour, mais le message d’alerte nous priant de valider l’exercice est quand même resté affiché sur nos applis respectives toute la semaine. 

Nous avons découvert sur le lit le premier pliage réalisé par Chris notre maid, qui nous avait également fait la surprise de faire dans la salle de bains un pliage de verre à dent avec une mini serviette. Nous l’avons utilisé toute la semaine ! Au passage nous avons remarqué que les traditionnels chocolats Ghirardelli ont été remplacés par des chocolats Dove parés d’un emballage doré avec le logo de la DCL.

IMG_0700-2

Nous avons allumé la TV en espérant tomber sur un classique Disney, mais il n’en fut rien, aucune chaine ne proposait ni film ni dessin-animé. Nous avons siroté notre thé devant l’épisode de la série Disney+ Behind the Attractions sur Star Tours, et nous sommes endormies vers 11h30, bercées par les vibrations du bateau.

2 réflexions sur “DCL EAST COAST 2022 3/15 – Let’s go cruisin’

    1. Je ne savais pas que tu avais repris la lecture 😂😂😂 ! J’ai un fun fact pour expliquer le retard… La suite est déjà écrite, mais on s’est plantées avec Zouzou elle a édité les photos du jour 3 au lieu du jour 2 😂. Le jour 3 est prêt à poster, mais j’attends les photos pour poster celui qui va avant 😂😂😂… Je suis assez impatiente d’ailleurs 🙈…

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s