DLR 2019 3/8 – I wouldn’t have nothing if I didn’t have you

Jour 2 : Malgré notre hâte de découvrir Disney California Adventure (que nous appellerons DCA dans nos billets), le même manège que la veille se produisit en ce deuxième matin à Disneyland Resort. Le réveil fut assez difficile, mais nos dosettes de café soluble nous aidèrent à décoller de notre chambre aux alentours de 7h30. Arrivés à l’entrée des parcs Disney nous avons fait face à DCA et avons retenu notre souffle d’émotion avant de passer les tourniquets.

DAY3_1

Disney California Adventure est le second parc de Disneyland Resort. Il a ouvert ses portes au public en 2001 – soit 46 ans après le premier parc et un an avant notre propre Walt Disney Studios Park. Si le thème d’origine de ce parc était la Californie, force est de constater que la mayonnaise n’a pas immédiatement pris avec les visiteurs du Resort. Il a fallu quelques réhabilitations et la construction des lands A Bug’s Land (qui n’existe plus aujourd’hui, et dont l’emplacement laissera prochainement place au land Marvel de DCA) et surtout Cars Land avant que le monde ne prenne pleinement conscience de la beauté de ce parc. La transformation récente de Paradise Pier en Pixar Pier – et donc la rethématisation de toute cette zone de DCA –  a complété cette longue série de travaux qui ont finalement fait de ce parc un véritable bijou (dont l’évolution est loin d’être terminée). Nous sommes tous tombés littéralement amoureux de DCA qui a entre autres qualités la particularité d’être aussi magique en plein soleil que de nuit. Si vous me connaissez un peu dans la vraie vie vous savez que c’est ce que j’aime le plus dans les parcs Disney. Fun fact : DCA a d’abord été envisagé comme une version West Coast du parc EPCOT de Walt Disney World. Mais il a également failli s’appeler DisneySea, ce qui aurait coiffé au poteau le resort japonais qui a adopté ce thème pour son second parc. Il est heureux que les choses se soient déroulées ainsi finalement. Tokyo DisneySea étant considéré par beaucoup comme le plus beau parc à thème du monde, et Disney California Adventure étant la merveille que je viens de passer dix minutes à décrire. Mais revenons à nos moutons. DCA se compose des lands suivants :

  •  Buena Vista Street : le Main Street USA local où l’on trouve de nombreuses boutiques.
  •  Grizzly Peak, qui longe l’hôtel Disney’s Grand Californian et rend hommage aux grands parcs californiens tel que le Yosemite.
  • Hollywood Land, dont la thématique n’est pas difficile à deviner et qui abrite entre autres l’Hyperion Theater où l’on peut assister à un show hommage à la Reine des Neiges depuis 2016. L’Hyperion a ouvert en 2001 et proposait depuis 2003 le spectacle Disney’s Aladdin: A Musical Spectaculaire, jusqu’à ce que les soeurs d’Arendelle ne viennent prendre la relève (eh oui encore elles, à croire que c’était le thème principal de nos vacances) !
  • Pixar Pier – anciennement Paradise Pier – qui reproduit un boardwalk comme on peut en trouver sur les plages Santa Monica ou Santa Cruz. Pixar Pier est notamment reconnaissable grâce à sa grande roue ornée d’une tête de Mickey géante. Autrefois nommée Mickey’s Fun Wheel elle s’appelle désormais Pixar Pal-A-Round mais arbore toujours (et c’est heureux) le visage radieux de la souris par laquelle tout a commencé.
  • Pacific Wharf : le land où nous nous sommes le moins attardés du séjour, mais peut-être aurait-on dû y trainer un peu plus nos sandales vu qu’on y trouve essentiellement des points de restauration !
  • Last but not least, l’incroyable Cars Land qui vous invite à une visite chatoyante dans la petite ville de Radiator Springs et abrite le non moins incroyable ride Radiator Springs Racers.

Après avoir passé les tourniquets, Buena Vista Street nous a tendu les bras et nous a présenté sa charmante architecture inspirée du Hollywood des années 1920 (époque pendant laquelle Walt y mit pour la première fois les pieds). En foulant enfin le sol de Buena Vista Street je n’ai ainsi pas manqué d’avoir une petite pensée émue pour notre parc Walt Disney Studios – mon chouchou personnel chez nous (eh oui, ça en a déjà fait hurler plus d’un) – dont la place des Frères Lumière et le bâtiment Studio 1 sont eux-mêmes inspirés d’Hollywood mais dans une version plutôt 1930. Notre priorité pour cette première journée à DCA était de visiter le récent mais déjà mythique Cars Land dont la beauté est juste à tomber. Nous l’avons toutefois traversé sans traîner afin d’atteindre rapidement l’attraction Radiator Springs Racers, dont nous craignions qu’elle ne soit saturée rapidement vue sa grande popularité parmi les rides de ce parc. Spoiler alert : la file stand by affichait une attente de 5 minutes, incroyable ! Après avoir chacun pris un FastPass pour plus tard nous sommes entrés dans la file d’attente et avons marché sans interruption jusqu’au load où un CM nous a attribué notre première voiture. Nous étions prêts à partir à l’aventure sur la route avec Lightning McQueen !

CARSLAND_5CARSLAND_3CARSLAND_1CARSLAND_2

Cette attraction nous a mis une nouvelle claque dans la figure. Son parcours mêlant circuit en extérieur / dark ride / et course finale contre un autre véhicule; ses animatronics plus vrais que nature, la beauté de ses scènes et le fun du ride entier en font incontestablement une des meilleures découvertes du séjour (j’ai l’impression de dire ça trois fois par billet, peut être que je ferai un classement en fin de Trip Report) ! Nous avons tout de suite refait l’attraction grâce à notre FastPass dont le retour était quasi-immédiat et avons eu la surprise d’avoir une scène différente de la première fois (encore une fois je ne spoile pas) ! Je crois me souvenir que nous avons gagné la course en fin de ride une fois sur deux, mais sans plus de précision.

CARSLAND_4CARSLAND_6CARSLAND_RSR_1CARSLAND_7CARSLAND_RSR_2

Après avoir assouvi notre envie de vitesse tels les casse-cous dans La Fureur de Vivre à bord des amis de Lightning (/ Flash) McQueen, nous étions désormais prêts à découvrir la beauté du reste de DCA. Second land sur notre liste : Pixar Pier ! Ce land tout entier respire la joie de vivre, la naïveté et la régression. A Pixar Pier on a vraiment le sentiment de retrouver son âme d’enfant et la touche agréablement rétro / intemporelle de sa décoration est juste la cerise sur le gâteau. Nous avons profité de la vue et flâné le long des stands sans rien acheter (c’est loupé pour les snacks Pixar), mais en ne manquant pas de faire du repérage dans les boutiques pour une séance shopping future. Même si je ne cours pas après le merchandising Pixar je dois avouer que Pixar Pier abrite certaines des plus belles boutiques du resort.

PIXARPIER_3PIXARPIER_2PIXARPIER_5PIXARPIER_1PIXARPIER_6PIXARPIER_4PIXARPIER_7PIXARPIER_9PIXARPIER_8PIXARPIER_10

L’attraction « Incredicoaster » nous faisait de l’oeil depuis notre arrivée, comprenez « à tout le monde », sauf Zouzou bien sûr. Vu d’en bas, un des drops m’effrayait un peu mais j’ai décidé de faire fi et d’embarquer pour cet incredi-ride avec Romi et Flavou. Verdict : un magnifique 20/20. Sensations parfaitement calibrées, ride fluide et sans à coups, thématisation géniale. Bref, encore un must-do.

INCREDICOASTER_2INCREDICOASTER_3INCREDICOASTER_1

Nous avons encore changé de land pour nous rendre à Grizli Peak. Ici notre priorité était le ride Soarin’ Around The World (vous aussi ça vous donne envie de chanter « We’re soaaarin’, flyiiin’ » ?). Soarin’ est un simulateur de vol qui se présente comme une salle de cinéma dont les rangées de sièges sont suspendues à différentes hauteurs. L’attraction proposait initialement un vol au dessus de la Californie, mais depuis 2016 le film présenté dans l’attraction a été remplacé par Soarin’ Around the World, pas besoin de vous expliquer ce qui a changé j’imagine ! En plus de procurer quelques sensations au moyen de descentes factices et autres mouvements du simulateur, l’attraction diffuse également des odeurs qui complètent l’immersion de ce voyage aux quatre coins de la planète. Nous avons adoré Soarin’, pas étonnant que ce ride soit souvent le favori des guests dans les resorts où on le trouve. Nous n’étions pas placés trop haut par rapport à l’écran mais les sensations sont tellement kiffantes que j’aurais finalement aimé être un peu plus en hauteur et sentir encore plus l’impression d’altitude. Les odeurs décuplent l’effet d’immersion, les tableaux sont variés, le final est parfait. Je rêve maintenant de tester la version Soarin’ Over California, un jour j’espère !

GRIZZLYPEAK_1GRIZZLYPEAK_3GRIZZLYPEAK_2

Il était encore tôt mais nous avions déjà pas mal de marche dans les pattes, et quatre rides à notre actif (dont un fait en double je vous l’accorde). Il était grand temps de prendre notre petit déjeuner ! De retour sur Buena Vista Street nous sommes tout simplement entrés dans le seul quick service ouvert à cette heure-ci (il était un peu moins de 10h si mes souvenirs sont bons) : le Fiddler, Fifer & Practical Cafe. Ces noms ne vous sont pas familiers ? Ce sont ceux des trois petits cochons dans la version originale du dessin animé de 1933. Le café des petits cochons abrite en réalité un Starbucks ce qui n’était pas pour nous déplaire même si on aurait aimé pouvoir déguster un snack un peu plus exclusif pour ce premier repas à DCA. En passant la commande, devinez qui nous avons croisé ? Le même couple de français que la veille, dont le séjour à Disneyland touchait à sa fin. Nous avons échangé quelques impressions plus nourries que la veille sur le resort avant de leur souhaiter un bon retour au pays. Nous nous sommes sustentés avec des cafés richement agrémentés, des plateaux de snacks, sandwichs de petit déjeuner et autres cinnamon rolls. Starbucks aux USA ne nous a jamais déçus, coeur sur toi Starbucks (je vous laisse au passage apprécier nos surnoms du jour sur les gobelets).

HOLLYWOODLAND_1HOLLYWOODLAND_2HOLLYWOODLAND_4HOLLYWOODLAND_3HOLLYWOODLAND_5HOLLYWOODLAND_6DAY3_2STARBUCKS

Je ne vous cacherai pas que nous savions que la bande à Mickey traîne le matin sur Buena Vista Street et nous n’arrêtions pas de jeter des regards nerveux sur son « hub » afin de pouvoir réagir au plus vite quand l’un d’eux se pointerait. Il ne nous restait que quelques gorgées de café à siroter quand Romi repéra Minnie qui posait devant la boutique Elias & Co. Nous avons immédiatement bondi hors du café et avons couru comme des dératés vers la file d’attente. Cette dernière nous stressa considérablement. En effet contrairement à chez nous les CM ne ferment pas les files d’attente des meet and greets « sauvages ». Vous rentrez dans la queue sans garantie de rencontrer le personnage qui peut plus ou moins quitter les lieux comme ça lui chante. Par chance nous avons fait partie des derniers élus du set de notre chère Minnie et nous avons eu le plaisir de pouvoir la rencontrer dans sa superbe tenue rétro à souhait.

MEETMINNIE_3MEETMINNIE_4MEETMINNIE_1MEETMINNIE_2

Ne me demandez pas comment nous avons fait notre compte pour enchaîner ensuite des rides situés à deux extrémités du parc, toujours est-il que les deux attractions que nous avons découvertes ensuite furent « Monsters, Inc. Mike & Sulley to the rescue » à Hollywood Land, puis « The Little Mermaid ~ Ariel’s Undersea Adventures » à Gardens Park. Je profite de cette anecdote pour partager un plan de DCA (notamment histoire que vous puissiez apprécier la distance qui sépare ces deux attractions) ainsi que quelques screenshots de l’application de Disneyland. Sa carte interactive notamment m’aide quotidiennement dans la rédaction de mes billets.

DCA-MAPAPP_1APP_2

Les deux rides évoqués juste avant sont deux des dark rides que j’ai préférés pendant le séjour, de vrais coups de coeur. Ils nous transportent au coeur des scènes emblématiques des films Monstres et Compagnie et La Petite Sirène, recréés au moyen d’animatroniques et de magnifiques décors animés. Mention spéciale pour les petits mots personnalisés de Germaine (Roz en VO) dans Monsters, Inc. ainsi que la scène de « plongée » dans The Little Mermaid. Vraiment deux véritables bijoux. L’attraction suivante nous a attirés par sa thématique plus qu’autre chose, « Goofy Sky School » est un sympathique grand huit dont il ne faut pas sous-estimer les sensations (ça secoue un peu trop au goût de certains).

M-INC_1M-INC_2M-INC_3M-INC_4GOOFYSKYSCHOOL_3GOOFYSKYSCHOOL_2GOOFYSKYSCHOOL_1

My-Chan et Khai n’allaient pas tarder à arriver, nous avons convenu de nous retrouver à la boutique Bing Bong’s Sweet Stuff sur Pixar Pier. En nous y rendant nous avons eu la meilleure des surprises : Mike Wazovski (ou Bob en français) était en photolocation non loin de là. Romitas et Zouzou étant d’énormes fans de Monstres et Cie, nous n’avons pas hésité une seconde avant de courir nous placer dans la file d’attente de ce personnage rarissime chez nous.

MEETMIKE_1MEETMIKE_4MEETMIKE_2MEETMIKE_3

La chaleur était de nouveau accablante, nous avons trouvé refuge chez Bing Bong où la climatisation nous a à moitié ramenés à la vie et pour nous rafraîchir encore plus nous avons acheté des boissons au kiosque Angry Dogs. Flav a opté pour un genre de yaourt à boire qui était quasiment congelé et qu’elle n’a pas réussi à déguster avant l’arrivée de nos petits camarades. Mais laissez-moi vous parler de cette boutique incroyable ! Sans nul doute, celle qui m’a le plus charmée du séjour. Bing Bong’s Sweet Stuff est évidemment dédiée à l’univers Pixar comme c’est le cas dans la plupart du land. On y trouve des peluches, des accessoires et des confiseries. Sa thématisation est juste parfaite, bref on avait envie de tout acheter là-dedans. Nous allions d’ailleurs tous les quatre y commettre un de nos hauls les plus conséquents du voyage quelques heures plus tard. Mais voyez plutôt :

BINGBONG_7BINGBONG_3BINGBONG_8BINGBONG_9BINGBONG_5BINGBONG_10BINGBONG_6BINGBONG_1BINGBONG_4BINGBONG_2

Il y avait désormais pas mal de monde dans les files d’attente de Pixar Pier quand My-Chan et Khai nous ont rejoints, mais les 20 minutes affichées pour l’attraction Toy Story Midway Mania ne nous ont pas semblé insurmontables. Toy Story Midway Mania est un jeu de tir qui n’est pas sans rappeler Buzz Lightyear Laser Blast, à la différence près que le premier propose des mini-jeux interactifs. On affronte également son voisin et c’est vraiment rigolo. Je suis montée avec My-Chan qui m’a évidemment mis une redoutable pâtée, il faut dire que même chez nous je suis nulle à Buzz !

MIDWAYMANIA_1MIDWAYMANIA_2

(Photos de Midway Mania par Flavou)

De retour à Cars Land, nous avons pris quelques petites photos de groupe pour immortaliser cette rencontre historique avec My-Chan et Khai. Une gentille guest a accepté de nous tirer à tous le portrait avec notre appareil, avant qu’on ne lui renvoie l’ascenseur comme elle visitait le parc en solo.

CARSLAND_8CARSLAND_9CARSLAND_10

Il était largement l’heure de casser une petite croûte et donc d’enfin tester les emblématiques cônes remplis de chili ou de mac’ and cheese proposés par l’un des comptoirs de snacking du Cozy Cone Motel. Romi a accompagné son cône d’une limonade à la vodka, quand à Flavou elle a préféré choisir son déjeuner sur le menu du restaurant Flo’s V8 Cafe : un sandwich club au poulet accompagné de frites (que je l’ai aidée à terminer car je suis une cops en or – et que je partage avec elle la casquette de poubelle de table de notre bande). Comble de la praticité, nous avons pu nous installer tous ensemble à une table du ravissant diner même si la moitié d’entre nous avait acheté notre repas à l’extérieur. Les cônes ont été totalement à la hauteur de leur hype sur Instagram, nous n’en avons fait qu’une bouchée.

CARSLAND_14CARSLAND_13CARSLAND_11CARSLAND_12CARSLAND_15

Il était l’heure pour My-Chan et Khai de nous quitter, environ six heures de route les attendait pour rentrer chez eux et c’est le coeur gros que nous leur avons dit « au-revoir » non sans manquer de les inviter à venir nous rendre visite à Disneyland Paris dès que possible ! Trempés de sueur, de larmes (j’exagère), et de nouveau éclatés par la chaleur de début septembre, nous avons une fois de plus regagné l’hôtel pour un plongeon dans la piscine. Nous avons fait un petit crochet par la boutique Bing Bong Sweet Stuff pour claquer un max de dolls dans moult articles inutiles et donc indispensables. Je vous laisse profiter de la vue de nos sacs de shopping au retour dans la chambre. Pour le haul il faudra attendre la fin du TR ! Spoiler alert : nous avons tous les quatre craqué pour un même article en souvenir de DCA, un indice se trouve d’ailleurs sur la photo… Nous avons bien sûr profité d’être à l’hôtel pour nous réhydrater grâce aux fontaines à eau fruitées.

BIGSHOPPING_2BIGSHOPPING_1

(Photos de l’hotel par Flavou)

Ce soir-là nous avions de nouveau un rendez-vous dans le parc avec nos amis Jenny et Chris ! Si vous êtes vraiment des lecteurs assidus vous vous souvenez peut être qu’il s’agit du couple que nous avions rencontré autour du jacuzzi du Magic deux ans plus tôt. Nous nous étions revus l’an dernier à Disneyland Paris et essayons depuis de nous croiser une fois par an dans un parc Disney ou un autre autour du globe ! Jenny et Chris vivent tout près de Disneyland Resort, ils devaient donc nous retrouver après leur travail pour prendre un verre et dîner. Comme ils ont une petite fille âgée d’un an et demi et ne profitent que rarement des rides du parc, ils nous ont fait part de leur désir brûlant de faire un tour dans Guardians of the Galaxy – Mission: BREAKOUT! Nous n’étions pas assez chauds pour rider la « tour de la terreur » locale, alors nous avons proposé de les retrouver plutôt dans la boutique à la sortie. En attendant qu’ils ne soient arrivés au bout de la file d’attente, nous sommes allés traîner nos guêtres sur Buena Vista Street dans l’espoir de faire un dernier meet and greet pour la journée. Par chance nous avons pu rencontrer Mickey, non sans avoir quelques sueurs froides en pensant qu’il pouvait quitter la photolocation avant de poser avec nous !

MEETMICKEY_5MEETMICKEY_3MEETMICKEY_4MEETMICKEY_1MEETMICKEY_2

Nous avons ensuite marché jusqu’à Mission: BREAKOUT! et flâné quelques minutes dans la boutique en attendant nos petits copains. Le merchandising Marvel y est mis à l’honneur et j’ai dû me retenir de ne pas craquer pour une babiole à l’effigie de Rocket ou Thor. Le décor de la boutique nous a donné un avant-goût de notre visite de l’attraction du lendemain matin (mais vous lirez ça dans le prochain article). Nous avons enfin vu Jenny et Chris émerger de la sortie de l’attraction, s’ensuivirent de joyeuses retrouvailles et la présentation de Romi et Flav à notre second couple de besties californiens. Nous avions fait une réservation au très cool bar Lamplight Lounge pour le dîner et avons passé le trajet à papoter et à profiter de la beauté de DCA de nuit, en particulier Pixar Pier. En attendant que l’on nous installe à notre table, Jenny, Chris, Zouzou et moi avons raconté quelques anecdotes à Romi et Flav sur la Disney Cruise Line – notamment comment juste avant notre croisière en Alaska Jenny et Chris étaient eux-même sur le Wonder et avaient acheté la dernière peluche de Minnie, à cause de quoi je n’avais pas pu en choper une !

DCABYNIGHT_3DCABYNIGHT_2GOTG_2

Le Lamplight Lounge est un hommage très adulte et chic aux films de Pixar, ce bar installé à l’entrée de la promenade est en effet décoré avec un goût irréprochable, il est tout simplement magnifique. Nous avons étés installés sur la terrasse face à la grande roue Pixar Pal-A-Round, nous allions donc pouvoir profiter du show World of Color en fin de repas. Nous avons choisi des cocktails et des plats de la carte, Jenny pour sa part a commandé des « secret items » réservés au connaisseurs car ils ne figurent pas au menu ! Entre autre une variante du lobster nachos choisi par Flavi qu’elle a préféré dans une version au boeuf haché si je ne dis pas de bêtises. Zouzou et moi avons partagé des makis et des « potato skins », sortes de galettes de pommes de terre. Ce repas fut tout simplement un des meilleurs des vacances. Les assaisonnements impeccables et les riches mélanges de saveurs des plats du Lamplight nous ont juste bluffés. Quand on vous disait que l’offre « food » de Disneyland Resort est à ce point qualitative, on ne s’en est toujours pas remis. Les cocktails n’étaient pas mal non plus mais je ne peux pas vous en dire plus, j’ai offert la fin du mien à Romitas pour éviter d’être trop pompette pendant le show !

LAMPLIGHT_2LAMPLIGHT_7LAMPLIGHT_3LAMPLIGHT_6LAMPLIGHT_1LAMPLIGHT_4LAMPLIGHT_5LAMPLIGHT_8

World of Color est un show nocturne projeté sur le lac de Pixar Pier, une sorte de Dreams sur l’eau si vous voulez (pour ceux qui connaissent bien entendu, pour les autres il y a YouTube) ! Des scènes emblématiques de films sont jouées sur un rideau d’eau géant entouré de jets multicolores, avec en arrière plan la Pixar Pal-A-Round. Ce show qui porte terriblement bien son nom fit l’unanimité parmi nous, nous l’avons largement préféré à Fantasmic! (à part Romitas bien sûr !) Les couleurs incroyables de World Of sont tout simplement magiques et ne s’oublient pas.

WORLDOFCOLOR_1WORLDOFCOLOR_2

DCA s’apprêtait à fermer lorsque nous avons quitté le Lamplight. Mais nous n’étions pas prêts à dire déjà au revoir à nos petits copains. En route pour Disneyland ! C’est ainsi en compagnie de Jenny et Chris que nous avons découvert la version originale du cultissime « It’s A Small World ». Et quelle surprise ! Un peu déroutés au début de l’attraction par son côté très kitsch et naïf comparée à la nôtre, nous avons eu plusieurs fou-rires incrédules en détaillant les incroyables finitions à paillettes ou en fourrure des animaux du monde entier. Au final nous sommes juste tombés amoureux de cette version certes moins lisse et minutieusement finie que celle de Disneyland Paris, mais tellement charmante et magique (on se garde toutefois bien d’en préférer une ou l’autre, les deux sont absolument parfaites chacune dans son style). Quelqu’un a suggéré ensuite que l’on aille revoir la Main Street Electrical Parade. Jenny a répondu avec un enthousiasme égal au nôtre et nous a proposé d’aller la regarder depuis son emplacement favori : face au portail d’où la parade sort sur Main Street. Amis lecteurs, laissez moi vous dire que nous en avons pris plein les yeux. A chaque fois que le portail s’ouvrait pour laisser passer un ou plusieurs chars, on pouvait voir les suivants en enfilade derrière, ce point de vue est tout simplement magique. La parade terminée nous avons fait de gros hugs à Jenny et Chris, et nous nous sommes promis d’essayer de nous voir en 2020 pour perpétuer notre tradition. Puis nous avons pris le chemin du Monorail et nous sommes rentrés dans notre petite chambre avant de nous écrouler comme quatre masses.

MSEP_DAY2_1MSEP_DAY2_2

(Photos par Flavou une fois de plus !)

4 réflexions sur “DLR 2019 3/8 – I wouldn’t have nothing if I didn’t have you

  1. Je suis bluffée, que ce soit par votre partage, vos photographies toutes plus belles les unes que les autres et ce parc qui semble encore plus magique de nuit ! J’espère sincèrement avoir la chance un jour de découvrir DCA et Pixar Pier en tant qu’immense fan des studios à la lampe Luxo. Je suis aussi très curieuse de connaître tes attractions préférées ainsi que tout vos achats de ces belles vacances de septembre. Je suis impatiente de lire votre prochain article comme à chaque fois, et j’espère sincèrement avoir l’occasion de vous croiser un jour ou l’autre dans un parc Disney.

    J'aime

  2. Whaou !! Un des plus beaux articles du blog! Les photos sont magnifiques, j’adore les serre-têtes aux donuts, les desserts incroyables, vos tenues si bien choisies, la parade électrique et tout et tout! Ça donne envie vraiment d’aller voir ce parc de près!
    Merci les filles, super article plein de magie/s!✨✨✨✨✨✨✨✨

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s